Pourquoi un livre déprimant ? Parce qu’un livre parlant de rock’n’roll en 2023 est forcément déprimant. Spécialement quand, durant deux chapitres, il nous explique que le rock’n’roll, le vrai, celui de Vince Taylor et d’Alan Vega, est moribond, ou en état de mort clinique, ou qu’il n’est plus que l’ombre de lui-même, ou la sinistre parodie de ce qu’il fut autrefois… Heureusement, entre ces deux chapitres désolants et pénibles s’est glissé un troisième, beaucoup plus long, également un peu élégiaque et mélancolique, forcément, mais qui est essentiellement, lui, une ode enflammée au rock’n’roll et à sa magie surnaturelle, à l’innocence et à la passion, au pouvoir fascinant de l’électricité, écrit sous la forme d’un interminable chapelet de souvenirs épars et essentiellement adolescents.

Éditions Mono-Tone (2023) 288 p. 11 x 18 cm

14,00

2 copies restantes